Un ami exceptionnel : Nelson Mandela

Même au temps de l’Apartheid le Collège du Sacré Cœur des Frères Maristes à Johannesburg avait déjà un nombre important d’élèves noirs. Il reçut plusieurs visites de Nelson Mandela (Publié dans « Présence Mariste » n°279, avril 2014)

Sous l’apartheid, tous les gens en Afrique du Sud étaient classés selon la race et le groupe ethnique. De plus, toutes les zones résidentielles et les services étaient attribués selon une classification raciale des personnes. Ainsi, il y avait des écoles pour enfants blancs, enfants indiens, enfants métis, pour enfants zoulous, pour enfants Xhosa etc. Les écoles pour blancs avaient généralement les professeurs les plus qualifiés et recevaient les meilleures familles. 

Pendant de nombreuses années, les responsables des écoles catholiques avaient proclamé le besoin d’admettre dans les écoles catholiques des élèves sans tenir compte de la classification gouvernementale. Dans les années 1970, certaines écoles catholiques, officiellement pour enfants blancs, ont commencé à recevoir des enfants sans tenir compte de leur race. Parmi ces écoles, il y avait celles des Frères Maristes. Il y a eu des menaces de fermeture mais au bout d’intenses négociations, le gouvernement de l’Apartheid a finalement accepté et des enfants noirs ont été plus librement admis dans des écoles auparavant reconnues comme écoles pour blancs. Le Collège du Sacré Cœur, l’un des trois établissements des Frères Maristes à Johannesburg, avait déjà un nombre important d’élèves noirs. 

Nous avons eu la chance d'avoir de nombreuses visites de Nelson Mandela à l'école
Nous avons eu la chance d’avoir de nombreuses visites de Nelson Mandela à l’école

Le Principal de cet Établissement était alors le F. Joseph Walton, actuellement Provincial d’Afrique du Sud. Nous voulons rappeler son souvenir par un entretien avec Frère Joseph qui nous parle des relations entre les Maristes et Nelson Mandela.

Frère Joseph, vous étiez Principal du Sacré Cœur à Johannesburg quand les petits enfants de Nelson Mandela étaient au Collège ?

Oui, je me souviens quand ils sont venus inscrire les petits enfants en février 1991. Mme Winnie Mandela et sa fille Zinzi sont venues au bureau de l’école. Le lendemain, trois enfants sont venus passer le test d’entrée et furent dès lors acceptés. Ce fut le point de départ d’une bonne relation avec la famille.

Vous rappelez-vous combien il y avait de petits fils de Mandela au Collège ?

Au début il y avait trois enfants mais le nombre a augmenté au cours de l’année. Je pense que nous avions 8 des petits enfants de Nelson Mandela à la fois.

Monsieur Mandela a-t-il visité le Collège ?

Nous avons eu la chance d’avoir de nombreuses visites de Nelson Mandela à l’école. Mandela est venu avant de devenir Président d’Afrique du Sud et aussi lorsqu’il est devenu Président. Certaines avaient lieu quand il était invité pour certaines fonctions. En d’autres cas, il venait simplement pour être présent à des événements concernant ses petits-enfants. Il aimait être avec les enfants, Il était très content que les enfants de toutes les races soient éduqués ensemble au Collège du Sacré Cœur. C’était la réalisation d’un de ses rêves pour l’Afrique du Sud.

Nelson Mandela très à l'aise au milieu des enfants
Nelson Mandela très à l’aise au milieu des enfants

Parlez-nous d’une ou de deux occasions où il a rendu visite au Collège…

Les nombreuses occasions où il est venu étaient spéciales pour nous au Collège du Sacré Cœur. Je me souviens de la première fois qu’il est venu. C’était pour voir ses petits-enfants lors d’un gala de natation un samedi matin. À ce moment-là, il était en train de négocier un accord pour les élections. Une autre fois, il était arrivé de bonne heure car un de ses petits-enfants lui avait donné la mauvaise heure. Je fus appelé pour lui tenir compagnie en attendant le début du concert. Il était toujours intéressé par l’école et par l’éducation que l’on dispensait au Collège.

À une autre occasion, il était Président, il est venu sans s’annoncer à une soirée où les professeurs rencontraient les parents pour les informer de ce qu’ils attendaient d’eux au cours de l’année scolaire. Nelson et Gracia Machel étaient venus avec quelques gardes de sécurité pour rencontrer l’un des professeurs de leurs petits-fils. Il montra un intérêt particulier pour l’apprentissage de la lecture. Après la réunion, il remarqua qu’il y avait aussi un autre couple visiblement grands parents. Il les invita donc chez lui pour le thé.

Il y eut ensuite l’occasion où Monsieur Mandela passa devant le Collège pour rendre visite à l’une de ses filles. Quand il vit les enfants jouant sur le terrain de sport, il demanda au chauffeur de le conduire sur les terrains du Collège. Il sortit de la voiture et parla aux enfants en célébrant l’importance vitale de l’éducation.

Je pourrais raconter de nombreuses histoires sur les visites de Nelson Mandela à l’école mais je finirai avec celle-ci. À la fin d’une des années scolaires, nous avions notre service annuel de chants. Nous utilisions l’église d’une paroisse voisine car la chapelle de notre Collège était trop petite. Demi-heure avant que le service ne commence, nous avons reçu un message disant que le Président assisterait au service. Les gardes de sécurité sont venus l’attendre et suggérer l’endroit où le Président devrait s’asseoir, mais il venait pour écouter des chants de Noël, entouré des enfants de l’école primaire. Il avait très peu de gardes et resta simple dans ses souhaits.

Même sous le régime de l'apartheid le Collège accueillait des enfants blancs et noirs
Même sous le régime de l’apartheid le Collège accueillait des enfants blancs et noirs

Quelle est votre point de vue sur Monsieur Nelson Mandela ?

Quand j’étais en présence de Nelson Mandela, je me sentais à l’aise car il avait une merveilleuse manière d’entrer en relation avec les gens. Quand il parcourait l’école, il s’arrêtait pour parler avec tous ceux qu’il rencontrait, soit des professeurs, des agents de service ou des jardiniers et leur disait combien il était heureux de les rencontrer. Il aidait les gens à se sentir bien dans leur peau.

Il n’a jamais vu la Présidence comme une position le rendant supérieur aux autres, mais comme une chance de servir les autres. C’était un homme sensible qui s’occupait des personnes et montrait sa grande compassion pour le bien de tous. On ne pouvait s’empêcher de penser qu’on était en présence d’une personne spirituelle car les gens en sa compagnie se sentaient bons et spéciaux. Nous étions toujours contents de ses visites même si le cours normal des classes en était perturbé.

Mais quels grands moments et quel souvenir les enfants qui l’ont rencontré garderont tout le reste de leur vie !

Dans vos contacts avec Monsieur Mandela, qu’est-ce qui vous a le plus frappé ?

Je pense que c’est son grand amour pour les gens, surtout pour les enfants. Sa conviction que l’éducation libérerait les gens de la pauvreté et aiderait un pays à se développer.

Interview avec le F. Joseph Walton
D’après les Nouvelles maristes N° 305, janvier 2014
(Publié dans « Présence Mariste » n°279, avril 2014)