S’éduquer à la vie politique en lycée

PM 290 logo Le cours d’ECJS inculque aux jeunes les normes, les valeurs et les outils pour devenir des citoyens au regard de la définition donnée dans les programmes d’ECJS (Présence Mariste n°291, avril 2017)

Sixtine Duchamp
Sixtine Duchamp

Le cours d’Éducation Civique à l’école est-elle un espace pour que les élèves deviennent des citoyens avertis et acteurs de leur citoyenneté ? Telle est la question principale qui a orienté mon travail de recherche sur l’Éducation Civique Juridique et Sociale (ECJS) en classe de Seconde Générale dans un lycée lyonnais en 2015.
Je me suis appuyée sur des entretiens avec des lycéens et leurs professeurs, et sur des observations en classe pendant leur cours d’Education Civique Juridique et Sociale (ECJS). Deux professeurs m’ont ouvert leurs portes de classe. L’une a une méthode très participative avec les élèves acteurs de leurs cours lors de débats. L’autre professeur avait une méthode plus classique, basée sur des exercices et une présentation orale.

L’enseignement de l’ECJS dans les classes observées peut se caractériser par la prépondérance de la forme scolaire : l’apprentissage de la citoyenneté est « exercicé », par l’intermédiaire de consignes et d’exercices strictes ; mais il leur donne des outils pour qu’ils deviennent des citoyens « libres, autonomes, exerçant leur raison critique au sein d’une démocratie dans laquelle ils sont appelés à agir*  ». Le cours d’ECJS inculque aux jeunes les normes, les valeurs et les outils pour devenir des citoyens au regard de la définition donnée dans les programmes d’ECJS.

La citoyenneté, ça s'apprend
La citoyenneté, ça s’apprend

La dimension politique de la citoyenneté (la participation, la représentation politique et la compréhension des enjeux politiques de la société), est peu présente en cours d’ECJS en seconde. Les élèves ont un regard sur la politique se limitant au champ politique institutionnel et partisan, qu’ils ne lient pas avec leur cours d’ECJS. Ce qui est vu en cours n’est pas un sujet très abordé en famille ou avec les pairs, mais les élèves faisant partie de mouvements de jeunesse, tels les scouts, font des liens entre l’ECJS et ce qu’ils vivent en dehors de l’École.

Enfin, la participation et la représentation politique au sein du lycée ne sont pas investies par les élèves, mais cela est aussi à lier avec la façon dont les professeurs et l’établissement promeuvent ces instances de participation. L’éducation à la citoyenneté ayant lieu en ECJS peine à dépasser le cadre de l’ECJS.

Cours d'ECJS
Cours d’ECJS

Les pratiques de la citoyenneté apprises en ECJS se limitent à une conception individuelle du citoyen : c’est plus la formation, de façon scolaire, d’un esprit citoyen éclairé qui a lieu, et moins celle d’un citoyen actif politiquement.

Ces conclusions ne sont issues que de mon enquête de terrain, je ne prendrais pas le risque de les généraliser à l’ensemble des cours d’ECJS. L’éducation à la citoyenneté est investie différemment selon les classes, les professeurs, les élèves et les établissements. Mais ces résultats apportent tout de même une réflexion intéressante sur l’éducation à la citoyenneté qui a lieu dans les cadres institutionnelles proposés par l’école.

Sixtine Duchamp

* Principes généraux de l’Education Civique Juridique et Sociale
Bulletin officiel spécial n°9 du 30 septembre 2010 - http://www.education.gouv.fr/cid53317/mene101967a.html

(Publié dans « Présence Mariste » n°291, avril 2017)