Choisir l’école mariste

Des parents choisissent ici et là l’école mariste pour leurs enfants. Ils nous donnent ici quelques réflexions sur leur choix (Présence Mariste N° 273 Octobre 2012)

« Notre sens de la mission partagée rejoint les parents dans le respect de leur devoir de premiers éducateurs de leurs enfants. À la suite de Marcellin Champagnat, nous les accueillons, les écoutons, et travaillons ensemble avec eux. » (Mission éducative Mariste - 45)

UN COLLÈGE À DIMENSION HUMAINE !

Mon mari a passé ses années « collège » à Raoul Follereau. Il en garde de très bons souvenirs et n’imaginait pas que nos enfants puissent être scolarisés ailleurs. Puis il y a eu nos impressions lors des portes ouvertes qui ont fixé notre choix ; et nos enfants, le moment venu, se sont tout de suite sentis accueillis et encouragés.

Créer dans la joie et la simplicité
Créer dans la joie et la simplicité

Esprit de famille


Le fait que je sois engagée dans la vie de la paroisse a sans doute joué un rôle. Nous avons été attirés, sans en être vraiment conscients, par un esprit différent et ce dès le premier contact : un climat particulier que je n’avais pas connu auparavant. C’est sans doute ce que l’on appelle « l’esprit mariste ». Ce qui m’a beaucoup touchée lors de la visite des lieux, (j’ai été scolarisée dans le public), c’est la présence de la statue de la Vierge Marie à l’entrée de l’établissement. Elle est tournée vers la cour de récréation ; cela rappelle que Marie porte un regard bienveillant sur nos enfants.

Accueil de la personne


La direction et les enseignants donnent toute son importance à l’enfant lui-même dans les apprentissages et l’éducation. La personnalité de chacun est prise en compte, avec ses défauts et ses qualités, ses points forts et ses faiblesses pour offrir à tous la chance de réussir. Chacun est accueilli comme il est.
Par les activités proposées, les professeurs offrent la possibilité à chacun de s’affirmer, de mettre ses compétences en valeur, en respectant sa liberté.

Laisser s'exprimer ses propres talents
Laisser s’exprimer ses propres talents

Créativité


Chaque année est organisée la « journée des talents » où les enfants qui le souhaitent viennent partager leur passion, montrer leur savoir faire dans des domaines très divers. La convivialité est un aspect qui prédomine. La fête de fin d’année est « fête de l’amitié ». Nous sommes dans un collège à dimension humaine, où chacun est rapidement appelé par son prénom.

Ouverture


Les 6e font connaissance avec les lieux et leurs futurs camarades de classe lors d’une « journée d’intégration » pour tisser des liens entre eux. Il y a la traditionnelle sortie ski, ou la journée à Notre-Dame de l’Hermitage qui rappelle la présence bienveillante des Frères Maristes sur leur collège. C’est un lieu dans lequel les enfants vivent les temps forts en lien avec les grandes fêtes religieuses. Des temps de prière sont proposés pour le 8 décembre, le temps du Carême. Les enfants comme leur famille, peuvent participer au « bol de riz », et le bénéfice est reversé pour aider les plus nécessiteux…

Se ressourcer à l'Hermitage
Se ressourcer à l’Hermitage


Autant d’activités, de propositions qui préparent nos enfants à leur vie future et les ouvrent aux autres ainsi qu’à eux-mêmes.

Thérèse, parent d’élèves de 3e et 6e

NOUS AVONS FAIT LE CHOIX D’UN ETABLISSEMENT MARISTE


Parents de trois enfants scolarisés aux Maristes de Bourg-de-Péage, nous avons fait le choix par conviction de cet établissement après avoir « goûté » à l’enseignement public et « être passés » par une petite école catholique rurale. Actuellement en 4e, CM2 et CE2, nos enfants ont un parcours scolaire assez chaotique de par certaines difficultés rencontrées au fil des années. Mais ils se sont sentis bien intégrés dans leur classe dès le début et nous, parents, avons découvert un établissement qui correspondait à ce que nous recherchions.

Valeurs de Marcellin, vécues dans les établissements
Valeurs de Marcellin, vécues dans les établissements

Confiance


Un enseignement basé sur des objectifs clairs et précis permettant à l’élève de progresser dans la confiance et encadré par des enseignants proches de l’élève et de sa famille en donnant le goût du travail bien fait : c’est ainsi qu’une certaine complicité se crée favorisant l’accompagnement du jeune. Un respect de l’adulte et de l’enfant basé sur la confiance.
Valeur que l’on retrouve dans le langage des mots et dans l’attitude, et qui contribue à cet esprit de famille qui règne dans l’institution : « on retrouve ici les mêmes lignes de conduite que celles que l’on vit au sein de notre famille ».

Écoute


Un cadre, des règles de vie instaurées pour un meilleur « vivre ensemble » dans le respect des différences, dans l’entraide et l’enrichissement pour les autres, car « seul, on est pauvre ».
Une écoute permanente de toute la communauté éducative : « l’adulte responsable prend le temps d’écouter, d’échanger, ce qui permet aux familles d’être impliquées dans la pédagogie et l’éducation des jeunes. Les parents sont acteurs dans la scolarité de leurs enfants grâce au partenariat et aux liens qui existent avec les équipes éducatives ». Des lieux, des moments, des actions… sont proposés pour que le jeune puisse s’exprimer.

Des parents qui s'engagent
Des parents qui s’engagent

Attention…


L’enfant est pris en compte dans sa globalité. Il se sent « aimé », reconnu. Tout est fait pour l’amener à grandir, « amener l’élève à s’élever ». Des stratégies d’apprentissage sont mises en place (PAI, PPRE, enseignants référents etc.) afin que chaque élève puisse trouver sa place et sa voie… « On s’adapte à l’enfant ».
Enfin, les propositions de Foi faites au sein de l’établissement permettent à chaque jeune d’être accompagné dans ce domaine et de cheminer à partir de propositions concrètes. La connaissance, partie intégrante de la pédagogie du seuil, est vécue par tous, ce qui permet ensuite à chacun des faire des choix.
En inscrivant nos enfants aux Maristes, nous avons découvert Marcellin CHAMPAGNAT et son charisme. Si nous avons été touchés par une de ses phrases célèbres, « Je ne peux voir un enfant sans lui dire combien Dieu l’aime », c’est dire combien l’homme l’aime ! Nous avons surtout vérifié que les valeurs prônées par le fondateur étaient appliquées et vécues dans cet établissement.

Frédérique, Thierry H. - Les Maristes, Bourg-de-Péage
(Paru dans Présence Mariste N° 273 Octobre 2012)