Les époux Martin canonisés

PM 288 logo Par leur vie, la famille des saints Louis et Zélie Martin est un exemple pour l’Église et le monde. Vivre comme eux, c’est vivre de façon simple et ordinaire en famille avec nos joies et nos peines. (Présence Mariste » n°288, juillet 2016)

Isabelle Herche
Isabelle Herche

Cet article fait suite au brillant dossier de Présence Mariste 287 sur la Famille. Le Pape François a canonisé Zélie et Louis Martin, parents exemplaires devant Dieu et l’Église de Ste Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Ste Face ainsi que de 8 autres enfants. Cet événement religieux s’est déroulé à la fin du Synode sur la Famille, à Rome, le 18 octobre 2015.
Deux miracles, celui de Pietro à Milan et celui de Carmen à Valence, par l’intercession des époux Martin, ont permis cette canonisation par le Saint-Père. L’Église s’est également penchée sur la vie vertueuse et héroïque de ces deux êtres simples et courageux.

Un couple exemplaire à Alençon…

Jeunes, Louis et Zélie, veulent entrer en religion, mais la vie contrecarre leurs projets. Louis devient alors horloger. D’origine bourgeoise, ils se rencontrent à Alençon, s’y marient et y partagent 19 années de bonheur malgré les turpitudes de la vie. Partis de rien, Louis et Zélie finissent à la tête d’une belle entreprise de dentelle en point d’Alençon pour laquelle ils ont travaillé comme des forçats. Au quotidien, ils s’aiment profondément et sont très attentifs l’un envers l’autre. Ils deviennent parents de 9 enfants dont 4 décéderont en bas âge. Véritables éducateurs pour leurs enfants, modèles de FOI, de simplicité et d’AMOUR, ils ne feront jamais cas de leur aisance financière.

Saints Louis et Zélie Martin
Saints Louis et Zélie Martin

Outre cette vie familiale pleinement vouée à l’amour de Dieu, en particulier par la récitation du Chapelet en veillée, voulue par Zélie et la prière Mariale, devant la Vierge au Sourire, chaque soir. Les deux époux agissent socialement auprès des plus démunis, lesquels, en retour, leur vouent un vif attachement. Enfin, ils mènent une vie paroissiale intense : très assidus à la messe, à l’Adoration de minuit et prient beaucoup. Depuis toujours, Dieu est et restera au centre de toutes leurs décisions. Quand Zélie meurt d’un cancer le 25 août 1855, elle est triste de laisser sa famille, mais elle est confiante plus que jamais en l’Amour de Dieu.

Le veuvage de Louis à Lisieux…

Statuaire des Buissonnets (Lisieux), Thérèse demande à son père l'autorisation d'entrer au Carmel
Statuaire des Buissonnets (Lisieux), Thérèse demande à son père l’autorisation d’entrer au Carmel

Louis quitte Alençon pour Lisieux. Il y vivra son veuvage auprès de sa belle-famille : les Guérin. C’est à cette époque qu’il consent à l’entrée en religion de toutes ses filles. Ce que son épouse et lui n’avaient pu faire, elles le font et comme disait souvent Zélie, peut-être, deviendront-elles saintes et vertueuses. Cependant, quand Thérèse (la dernière) rentre au Carmel à 15 ans (en 1888), Louis, bien qu’ayant donné son accord tombe malade et meurt le 29 juillet 1894.

Quel message tirer de cette Canonisation ?

Par leur vie, la famille des saints Louis et Zélie Martin est un exemple pour l’Église et le monde. Vivre comme eux, c’est vivre de façon simple et ordinaire en famille avec nos joies et nos peines. C’est vivre l’Amour entre époux, entre parents et enfants et comme eux, c’est mettre Dieu à la première place dans chacune de nos familles pour continuer à “Vivre d’amour” selon l’expression de Ste Thérèse.

Tableau de la famille Martin au complet
Tableau de la famille Martin au complet
Prions-les en ce sens !
Isabelle HERCHE
(Publié dans « Présence Mariste » n°288, juillet 2016)