Le cri de la jeunesse d’Asie

Frère Martí Enrich Figueras fait partie du premier groupe de Frères ayant répondu à l’appel de la mission « ad gentes ». Il a été nommé pour fonder la première communauté mariste au Bangladesh.

Frère Martí Enrich Figueras est un Frère catalan de la Province mariste de l’Hermitage. Il fait partie du premier groupe de Frères ayant répondu à l’appel de la mission « ad gentes ». Il a été nommé pour fonder la première communauté mariste au Bangladesh.

LE SAIS-TU ?

  • Sais-tu qu’il y a plus de Frères maristes en France que dans tout le continent asiatique (moins de 200 frères dans un continent qui comprend plus de la moitié de la population mondiale) ?
  • Sais-tu que l’ONU considère l’Asie comme la région la plus pauvre du monde en ce qui concerne la jeunesse ?
  • Sais-tu que presque la moitié de la population de l’Asie du sud a moins de 24 ans et que, parmi eux, un habitant sur deux survit avec moins de deux euros par jour ?
  • Sais-tu que lorsque Marcellin Champagnat fonda l’Institut des Frères maristes, il pensait surtout à la jeunesse pauvre ?
  • Sais-tu que pour Marcellin Champagnat tous les diocèses du monde entraient dans les objectifs apostoliques de la congrégation des Petits Frères de Marie ?

Frère Martí Enrich au cours d’une expérience d’insertion dans une école indigène
sur l’île de Mindanao

Conscients de cette situation si pressante, les Frères Seán Sammon, Supérieur, Général et Luis Sobrado, Vicaire Général, ont présenté, lors de la Conférence Générale qui s’est tenue au Sri Lanka, à l’automne 2005, aux Frères responsables de toutes les Provinces maristes, un projet pour augmenter et renforcer notre présence sur le continent asiatique, projet baptisé "MISSION AD GENTES" (= à toutes les nations).

Le Frère Supérieur Général lance un défi aux Frères

Après la Conférence Générale, le Frère Seán Sammon a envoyé une lettre personnelle à tous les Frères de l’Institut en leur proposant le défi de la Mission vers l’Asie. Au milieu de l’année 2006, il avait reçu plus de 130 réponses positives. D’autres Frères proposent d’offrir leur prière, leur apostolat et leurs travaux pour la réussite du projet.

  • Sais-tu qu’en 1903, comme conséquence des lois françaises de sécularisation, plus de 900 Frères quittèrent la France pour aller vers des pays de mission ?

L’importance de la mission exige une préparation

La complexité du monde et l’expérience des générations précédentes de missionnaires nous révèlent la nécessité d’une formation appropriée. Les Frères qui ont répondu « oui » au défi de la MISSION AD GENTES, après dialogue avec les supérieurs, participent à un cours de discernement et de formation missionnaire.

Le premier groupe formé à Davao, aux Philippines

Il se composait de 17 Frères de divers pays, âgés de 39 à 67 ans. Il s’est déroulé aux Philippines, pour faciliter le contact avec les réalités asiatiques.

Je reconnais m’être intégré rapidement à la communauté où l’esprit de famille a fait fleurir et fructifier la diversité qui est devenue un cadeau pour tous.

Le premier groupe de Frères formés à Davao pour la mission « Ad Gentes »

Nous nous sommes sentis bien « chez nous » grâce à l’accueil des habitants que nous avons rencontrés, spécialement des religieux et religieuses ainsi que des personnes impliquées en divers champs d’apostolat.

Naître à une nouvelle culture

Je pense que le plus difficile commence maintenant avec l’apprentissage de la langue et la connaissance de la culture du pays où nous sommes envoyés. Il faudra passer par une « nouvelle naissance », une « incarnation ».

Demandons à Jésus et à Notre Bonne Mère de savoir découvrir la présence de Dieu, qui nous attend déjà, spécialement parmi les nombreux enfants et jeunes dans le besoin. Nous désirons trouver des chemins de dialogue et de collaboration avec les autres institutions et religions pour semer le grain de la FRATERNITÉ que Marcellin Champagnat a mis en nous.

Frère Martí Enrich FIGUERAS

(Publié dans « Présence Mariste » n°252, juillet 2007)