Frère Daniel Chambonnière

Frère Daniel Chambonnière est décédé en 2001. Tout au long de sa vie, a eu le souci d’aider les jeunes et les adultes dans leur cheminement de foi. (« Présence Mariste » n°229, octobre 2001)

Frère Daniel Chambonnière nous a quittés le 18 avril dernier (2001). Tout au long de sa vie, dans le service auprès des jeunes, il a eu le souci d’aider les jeunes et les adultes dans leur cheminement de foi. Depuis une dizaine d’années, il était animateur en pastorale ; c’est cet aspect de sa vie surtout qui va être évoqué par diverses personnes dont les propos ont été repris sous forme d’interview.

Claude REMY, curé à St-Germain-des-Fossés

Claude Rémy, vous avez bien connu Frère Daniel, qu’avez-vous apprécié le plus chez lui ?

Daniel était un authentique croyant auprès de nous tous. Il m’a aidé à être prêtre et je crois qu’à son contact, nous avons tous grandi dans la foi. Son sérieux se manifestait à travers tout ce qu’il faisait : réunions, célébrations, retraites de profession de foi, journées des confirmands.

Fr Daniel Chambonnière au milieu des jeunes

Tout était merveilleusement préparé et je n’avais aucun souci à me faire au plan de l’organisation. De plus, c’était quelqu’un qui n’aimait pas être mis en avant ; j’ai beaucoup apprécié sa simplicité et son humilité.

Jean-Pascal ROUX, prêtre

Jean-Pascal ROUX, en quelles circonstances avez-vous connu Frère Daniel ?

D’abord comme élève au collège St Joseph du Mayet de Montagne, où il fut mon professeur de français. J’ai beaucoup apprécié la façon dont il tenait compte du travail fourni par les élèves.

Et comme prêtre ?

C’est à St Pourçain-sur-Sioule, où j’étais jeune vicaire. Nous avons travaillé en intense collaboration dans la pastorale ; et le lien entre la paroisse et le Collège N.D. des Victoires a été très fort. Ce fut, pour moi, jeune prêtre, une chance et un bonheur que de travailler avec lui.

Des animatrices en catéchèse

En tant qu’animatrices de groupe de catéchèse, que retenez-vous de Frère Daniel ?

Dans nos rencontres quotidiennes au Collège, comme dans nos réunions de travail, frère Daniel était là pour nous accueillir, avec son sourire, sa gentillesse. Il avait un don exceptionnel de l’écoute, de la présence et de la compréhension à l’égard de tous.
En ce qui me concerne, ce qui me frappait chez lui, c’était sa simplicité, son humilité, son humour. C’était aussi sa capacité à nous faire travailler en groupe. Par son dynamisme et ses encouragements, il nous poussait à des initiatives nouvelles.

L’évêque de Moulins

Mgr Barbarin, comment avez-vous connu Frère Daniel ?

Presque toujours, j’ai vu Frère Daniel entouré d’un essaim de jeunes d’adolescents, que ce soit au collège N. D. des Victoires ou lorsqu’ il accompagnait, à l’évêché de Moulins des confirmands de St Germain-des-Fossés.

Qu’avez-vous remarqué chez lui ?

II savait me parler des jeunes qu’il allait me faire rencontrer et surtout, veillait à ce que chacun puisse s’exprimer, poser une question m’adresser la parole. Frère Daniel était un serviteur qui s’effaçait devant ceux qu’il servait : Christ d’abord, puis ceux auprès desquels il était envoyé.

Quel message, d’après vous, nous laisse-t-il ?

J’aurais envie de lui demander, pour chacun de nous, un peu de cette grâce qu’il vivait d’une façon exceptionnelle : un cœur humble effacé et un véritable esprit de service

Interview réalisée par Fr Michel MOREL

(Publié dans « Présence Mariste » n°229, octobre 2001)