PM 304

Le musée de la Visitation à Moulins

L’Ordre de la Visitation

Annie Girka

À Moulins, un ensemble de maisons des 15e et 17e s. abrite en ses murs le seul musée européen dédié à un ordre monastique, en dehors des carmels hispaniques. L’art religieux est à l’honneur, avec un riche ensemble, unique en France, retraçant l’histoire de l’ordre de la Visitation qui fut fondé en 1610. Il est né de la rencontre entre Saint François de Sales, Évêque de Genève et de Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal à Annecy, en Savoie. Moulins, capitale du Bourbonnais, a été rapidement une ville importante pour l’ordre. Elle accueillit en 1616 la troisième fondation de l’ordre qui connaîtra un rayonnement et une influence considérables. C’est en ce monastère que décéda Sainte Jeanne de Chantal, le 13 décembre 1641.

Un fascinant musée

Son histoire

Broderie des vêtements liturgiques

En 1990, le monastère de la Visitation de Moulins étant sur le point de disparaître, Gérard Picaud, ami de la Communauté, promit à Mère Françoise-Bernadette Lara, ancienne supérieure et archiviste du monastère d’Orléans, de conserver un souvenir de la présence de la Visitation dans cette ville. Grâce à une structure associative et l’aide d’une quinzaine de monastères, il rassembla des centaines d’objets : souvenirs des saints fondateurs, objets d’art etc…

En 1992 fut organisée une exposition permanente et au fil du temps le nombre de salles d’exposition se multiplia. En mai 2005, l’Association recevait l’approbation du Saint Siège via le Conseil pontifical pour les biens culturels de l’Église.

Aujourd’hui ce musée accueille plus de 10 000 objets du patrimoine des monastères de la Visitation du monde entier : Allemagne, Autriche, Italie, Canada, Mexique, Congo, Liban…

Visite

Orfèvrerie

Le visiteur peut parcourir plusieurs salles thématiques tels que : Les textiles dont plus de 300 vêtements liturgiques confectionnés dans des soieries lyonnaises et parfois taillés dans des robes de cour apportées en dot par de jeunes veuves devenues religieuses ; fils d’or et d’argent s’entrecroisent. Un ensemble de broderies et de dentelles permet d’apprécier le savoir-faire des religieuses.

Une autre salle présente l’évolution de l’orfèvrerie civile et religieuse du XVIIe siècle à nos jours : 500 pièces d’or et d’argent sont exposées, rehaussées d’émaux et de bijoux. La majorité de ces pièces furent apportées en dot ou offertes à la Visitation, certaines proviennent des cours de France, d’Espagne et de Savoie.

Le visiteur peut aussi apprécier un ensemble de tableaux de dévotion de petites dimensions destiné aux oratoires et aux chambres des religieuses souvent réalisés par les Visitandines.

Et enfin un ensemble d’objets de dévotion (1000) unique tels que des objets d’apparat offerts eux aussi à la visitation qui surprend par la richesse des matériaux comme l’ivoire, l’ambre, l’ébène, l’or et l’argent. Aux côtés des objets de luxe, le musée présente un ensemble d’objets utilisés par les sœurs dans la vie de tous les jours.

Ces beautés sont à découvrir de mai à décembre.

Annie Girka
Revenir en haut