L’ordinateur familial

Pour les enfants aussi l’ordinateur peut être une fenêtre d’ouverture sur le monde. (« Présence Mariste » n°230, janvier 2002)

1 ) Bénéfices

L’ordinateur comporte essentiellement 2 intérêts :

  • gestion des affaires courantes de façon plus rapide, plus sûre et professionnelle
  • jeux pour adultes et enfants : logiciels de jeux éducatifs sur CD-Roms. Désormais l’accès au jeu, à la culture est très facile.

Concernant Internet, 2 intérêts également :

  • une ouverture quasi illimitée sur le monde extérieur : l’information, la culture
  • une possibilité de communiquer avec n’importe qui dans le monde pourvu qu’il soit connecté, via la messagerie électronique : un ami grec, des amis français aux USA, mes frères à Paris et Grenoble… ou même des amis à Lyon !

Pour les enfants aussi l’ordinateur peut être une fenêtre d’ouverture sur le monde

2 ) Tentations

  • Les sites pornos : même si on peut "consommer" chez soi en toute impunité, il n’y a pas de raison qu’une personne adulte saine de corps et d’esprit soit tentée, plus qu’à la télé par exemple.
    Le danger peut exister, par contre, pour une personne fragile ou dont la curiosité à ce propos est en plein éveil (grands enfants, adolescents). D’où l’importance de la vigilance des parents !
  • Les jeux vidéo : tout est question de mesure. Si abus il y a, le risque est de se complaire dans un monde virtuel et d’avoir de grandes difficultés à gérer le quotidien et son lot de contraintes.

3 ) Les conséquences sur la vie de famille

Le budget est important car il nécessite l’achat d’un ordinateur, d’une imprimante, d’un modem, de logiciels de tous types, éventuellement d’un scanner. On peut également considérer que, un ordinateur devenant très vite obsolète, il faut le changer souvent. Mais il est rare qu’un ordinateur, même dépassé, ne puisse plus satisfaire les besoins domestiques.

La vie de la famille :
le plus gros hic chez nous concerne le temps passé sur l’ordinateur. Souvent, c’est le soir après le coucher des enfants ; cela n’empiète donc pas sur le temps avec eux mais sur la vie du couple. Du coup, nous sommes moins disponibles l’un à l’autre, nous avons moins de temps gratuit.
Quand il s’agit du week-end, cela empiète effectivement sur la vie de famille (loisirs).

4 ) Prôner l’abstinence complète ?

Surtout pas ! Cette attitude reviendrait justement à diaboliser l’outil, à s’avouer vaincu devant "la bête". Et puis, même si ces nouvelles technologies ont créé de nouveaux besoins, il faut bien vivre avec son temps ; refuser cette évidence sérait néfaste et illusoire.

5 ) En user sans en abuser, est-ce possible ? Comment ?

Il suffit de ramener les choses à leur juste valeur. L’homme doit toujours être au centre et dominer le tout. Il ne faut pas idolâtrer l’outil, mais considérer qu’il est nécessaire, indispensable, voire même fantastique. Mais avec le temps, le rapport que l’homme entretient avec l’outil informatique devrait être équivalent à celui qu’il entretient avec l’électricité (récente, indispensable aujourd’hui, mais rien d’autre qu’une facilité maîtrisée par l’homme) : on n’en parle même plus car elle fait partie du décor.

Pour ce faire, procéder comme avec la télé : ne la mettre en marche que quand c’est nécessaire. Vérifier de temps à autre sa capacité à se détacher de l’outil. Si nécessaire, même, réglementer l’utilisation de l’outil dans le cadre familial : le temps passé sur l’ordinateur n’excédera pas 1h / jour…

Christine et Emmanuel CELLIER

(Publié dans « Présence Mariste » n°230, janvier 2002)