Scolariser un enfant handicapé

Tout ce qui est bon de savoir quand on a un enfant handicapé en milieu scolaire

"Mon enfant est handicapé moteur et en difficulté scolaire du fait de son handicap, que puis-je faire ? Que dois-je faire ?"

Voilà des questions que doivent se poser bien des parents face à ce douloureux « parcours du combattant » qu’ils ont en perspective.

Pour venir en aide, peut-être, à des parents désemparés, Présence Mariste a interrogé Mme Marie-Thérèse Chanut, responsable ASH* (l’astérisque renvoie au lexique ci-après). À la Direction diocésaine de l’Enseignement catholique. Mme Chanut anime et suit les enseignants spécialisés chargés des élèves en difficultés graves et persistantes et des élèves atteints d’un handicap.

Présence Mariste  : Parents d’un enfant ayant un handicap avéré, comment pourrons-nous le suivre dans sa scolarité ?

Marie-Thérèse Chanut  : Vous pouvez inscrire votre enfant dans une école proche de votre domicile. Soit il fera sa scolarité à temps plein dans cet établissement, avec des aides et des moyens spécifiques ; soit il ira dans un établissement spécialisé, dans le cas où il ne pourrait rester dans le cadre de l’école dite « ordinaire ».

Parents d’un enfant handicapé : que pouvons-nous faire pour le scolariser ?


En principe, il relève de l’école ordinaire. Vous serez invités par le chef d’établissement, à participer une fois par an, à des réunions de synthèse pour faire le point sur son orientation pour l’année suivante. Et alors, soit votre enfant est réintégré dans une classe ordinaire, soit il est orienté vers un établissement spécialisé mieux adapté à son type de handicap.

Concrètement, comment cela se passe dans l’école ?

Après le constat du handicap de votre enfant, le chef d’établissement prendra l’initiative d’une réunion éducative qui rassemblera les enseignants, l’enseignant référent, peut-être des enseignants plus spécialisés qui ont eu une formation CAPA-SH*, les professionnels qui éventuellement le suivent déjà, comme psychomotricien, psychologue… Au cours de cette réunion seront récoltés des éléments précurseurs visant à élaborer un PPS*. Le chef d’établissement rédigera un rapport qu’il enverra à l’enseignant référent.
Cet enseignant référent le transmettra à la MDPH* et, si nécessaire, vous y accompagnera. Le PPS sera ensuite réévalué chaque année.

Quel est le rôle de la MDPH ?

Le rôle de la MDPH est de rassembler tous les éléments utiles pour une bonne scolarisation de l’enfant.

L’école doit accueillir tous les enfants

C’est d’abord le dossier que vous aurez constitué, informant de la vie sociale et familiale, et pour évaluer les besoins aussi bien à la maison qu’à l’école. Les parents sont toujours associés aux décisions. L’intérêt de la MDPH est d’être un « guichet unique » où les parents peuvent trouver tous les renseignements utiles ; non seulement pour le présent mais aussi, plus tard, pour envisager une vie professionnelle.

Est-ce que chaque établissement est à même de faire face à chaque handicap ?

L’école doit accueillir tous les enfants. Et normalement, on vise la scolarisation dans des classes ordinaires avec des aides humaines et matérielles. Donc, au vu de leur handicap, on se demandera ce qu’il convient de faire.
La scolarisation dans l’établissement ne sera peut-être que partielle ou l’enfant sera orienté vers un établissement plus spécialisé.

Et dans ce cas ?

Dans ce cas, on a, en école primaire, les dispositifs collectifs des CLIS*. De ces CLIS, il en existe quatre sortes, chacune correspondant aux différents handicaps. CLIS pour troubles importants des fonctions cognitives ; CLIS pour handicap auditif ; CLIS pour handicap visuel ; CLIS pour handicap moteur.
En fin de scolarité primaire, il n’est pas prévu de redoublement, sauf cas de force majeure. Au collège, l’élève pourra être orienté en UPI*.

Face au handicap des enfants, y a-t-il une réponse spécifique de l’Enseignement Catholique ?

Chaque diocèse a sa manière propre de faire face aux problèmes, sa propre « politique ». Dans notre diocèse de Saint-Etienne, on a fait le choix de réserver des postes pour les enseignants référents. Nous avons quatre enseignants référents rattachés directement à l’Enseignement Catholique. Nous les suivons avec une attention toute particulière. Nous n’hésitons pas à programmer des réunions, pour rester à l’écoute des familles et des chefs d’établissements.

L’école doit accueillir tous les enfants

Les enseignants référents participent également une fois par mois aux réunions de l’Inspection Académique de la Loire. Parallèlement, nous les réunissons régulièrement de notre côté pour suivre les dossiers. Je travaille moi-même, en tant que responsable ASH dans l’Enseignement Catholique, en lien étroit avec l’Inspection Académique.

Par ailleurs, nous avons passé une convention avec la MDPH pour solutionner les problèmes pratiques liés à l’organisation du travail des enseignants référents.

Présence Mariste  : Mme Chanut, les parents qui ont à scolariser un enfant handicapé auraient certainement bien d’autres renseignements à vous demander. Peut-être le feront-ils par l’intermédiaire de notre revue, dans notre courrier des lecteurs. Nous vous en ferons part et veillerons à transmettre vos réponses.

Propos recueillis par
Bernard FAURIE et Frère Roger CHARRIER
(publié dans Présence Mariste N° 262, janvier 2010)


LEXIQUE

ASH : Adaptation et Scolarisation des élèves Handicapés.

AVS : Auxiliaire de Vie Scolaire : Personne qui aide un élève handicapé en classe.

CAMSP : Centre d’Action Médico Social Précoce.

CAPASH  : Certificat d’Aptitude Professionnelle pour les Aides Spécialisées, les enseignements adaptés et la scolarisation des élèves en situation d’Handicap : Nom du diplôme permettant la prise en charge de personnes handicapées par des Aides spéciales. Ce diplôme s’appelait avant CAPSAIS et initialement CAEI

CDA : Commission des Droits à l’Autonomie : « Commission chargée d’étudier les demandes des professionnels et des parents ».

CLIS : CLasse d’Inclusion Scolaire pour l’école primaire : classe regroupant un type de handicap.

CMP : Centre Médico Psychologique.

COTOREP : Commissions Techniques d’Orientation et de Reclassement Professionnel : commission chargée de l’emploi d’une personne handicapée. Cette commission est désormais regroupée à la MDPH.

EPE : Équipe pluridisciplinaire de la MDPH : « Équipe chargée d’étudier les dossiers ».

ESS : Équipe de Suivi de Scolarisation : « Équipe chargée d’évaluer le projet personnalisé de l’élève ».

EVS : Emploi Vie Scolaire : « Aide d’une personne sous couvert de l’Éducation Nationale ».

MDPH : Maison Départementale des Personnes Handicapées : Structure validant le dossier de scolarisation d’une personne handicapée.

PPS : Projet Personnel de Scolarisation : document synthétisant les aides multiples du projet personnel de l’élève.

SESSAD : Service d’Éducation Spécialisé et de Soins à Domicile.

UPI : Unité Pédagogique d’Intégration (en Collège) : classe regroupant les élèves ayant un handicap – elle fait suite au CLIS.