Le credo de l’écologiste

Réussir sa vie en contribuant à bâtir le monde et pouvoir transmettre ce qu’on a construit de beau. (« Présence Mariste » n°276, juillet 2013)

Un vieil arbre

Chrétien en « pèlerinage », pour moi le Christianisme est porteur de forces, d’espérance inouïes, encore faut-il ne pas le déformer, ne pas faire de la religion un marchandage pour l’Au-delà.

Déjà réussir sa vie en contribuant à bâtir le monde et pouvoir transmettre ce que l’on a construit de beau, et qui nous habite au plus profond, n’est-ce pas une façon de participer à la « vie éternelle » ?

Je crois, que le Tout-Autre est créateur des univers dont l’infini peut être l’image de sa dimension.

Je crois qu’il a « semé » la vie sur terre et, dans la lente maturation de la matière, qu’il a donné son esprit à une espèce, L’HUMAIN, lui conférant aussi l’achèvement de la création terrestre, évolution permanente vers une sublimation de l’esprit sur la matière. Ainsi nous sommes donc acteurs, chacun à notre place unique et irremplaçable, de la création en devenir.

Je crois qu’il s’est incarné dans la condition humaine par Jésus le Christ, qu’il nous a signifié : « le Chemin, la Vérité, et la Vie » et donné sens à notre condition en s’immergeant dans la souffrance et en dépassant la mort corporelle et définitive.

Je crois que notre « salut » réside essentiellement dans la manière dont nous aurons accepté et rempli notre rôle dans cette laborieuse évolution du « monde ».

fleurs

Par notre vécu, la création recule ou avance vers l’absolu qui nous est proposé, l’homme debout rejoignant en final le créateur dans l’AMOUR.

S’investir, dans et pour la création, c’est croire, espérer à la transcendance de l’espèce humaine, c’est plus simplement avoir compris que l’AMOUR est la réponse à toute nos interrogations, tous nos problèmes quotidiens.

Etienne SAMOUILLE,
Humble croyant, en recherche
(Publié dans « Présence Mariste » n°276, juillet 2013)