La croissance ? Pourquoi pas la décroissance ?

Il nous faut réinventer de nouveaux modes de vie et de consommation. (« Présence Mariste » n°276, juillet 2013)

Récemment, un titre de la revue "Alternatives économiques" aperçu dans le kiosque à journaux de la gare de la Part-Dieu a fait tilt pour moi. Son titre : « Vivre mieux sans croissance : 10 propositions ». Tiens, cela tombe tout à fait dans mes préoccupations du moment, à l’heure de finaliser ce numéro de Présence Mariste  !

Fr Jean Ronzon
Fr Jean Ronzon

Le mythe de la croissance indéfinie a été en effet le moteur de nos sociétés développées depuis longtemps. Les diverses révolutions industrielles ont apporté un développement matériel indéniable. Le niveau s’est élevé de manière à peu près continue depuis près de deux siècles. On a accru d’une manière extraordinaire la quantité des biens matériels à notre usage. Mais n’oublions pas le revers de la médaille : cela n’a pas été sans conséquences sur la nature et sur l’épuisement des richesses du sol, du sous-sol, de la mer…

Et pourtant le nombre record de chômeurs s’accroît et les perspectives s’assombrissent chaque jour un peu plus. Le bonheur attendu se fait attendre ! Alors, il nous faut réinventer de nouveaux mode de vie et de consommation. La croissance économique effrénée nous a conduits à une impasse. Cherchons comment vivre mieux en consommant moins, en allant moins vite. Laissons le « fast-food » et cherchons le « slow food » par exemple. L’heure n’est plus à la course en avant vers le toujours plus, mais à la réinvention du mieux vivre.

La prospérité n’est pas dans l’accumulation des biens. Plutôt que d’attendre comme le messie le retour de la croissance plus hypothétique que jamais, il nous faut explorer de nouvelles pistes !

Osons imaginer !

Frère Jean RONZON
(Publié dans « Présence Mariste » n°276, juillet 2013)