Bessèges (Gard) : une Amicale pas comme les autres

Compte-rendu d’une réunion de l’Amicale de l’école Ste-Jeanne d’Arc. (Présence Mariste, n°141, octobre 1979)

J’arrivais donc le 23 avril dernier, dans mon cher vieux pays de Bessèges, pour assister à l’Assemblée Générale annuelle de notre amicale. Cette manifestation allait être tout particulièrement marquée. Sa date coïncidait en effet avec la Confirmation des enfants du doyenné.
Mgr Cadilhac, évêque de Nîmes, malheureusement hospitalisé d’urgence la veille, n’avait pu se déplacer. Un évêque, ancien missionnaire, de passage à Notre-Dame de Lablachère, sanctuaire proche, avait accepté de le remplacer.

Cette coïncidence, entre l’Assemblée Générale et la cérémonie de Confirmation, n’était pas due à un bienheureux hasard. Elle représentait le signe certain de l’intégration de l’amicale dans la vie paroissiale de Bessèges, et montrait également que l’évêché de Nîmes considérait l’amicale comme un mouvement d’Eglise.

Bien sûr, cette année, le clergé était nombreux. Nous comptions parmi nous, outre notre aumônier, M. l’Archiprêtre Kowolsky, curé de Bessèges, tous les prêtres du doyenné. Etait également présente Sœur Marie-Pascale, la directrice diocésaine de l’Enseignement Catholique du Gard. Des Frères Maristes, F. Millot, assesseur des Anciens Elèves auprès de l’Institut, Frère André Roche, ancien directeur à Bessèges, Frère André Casadeval, ancien économe à Bessèges, Frère Jean Reboul, natif du pays, venaient par leur présence nous prouver leur amitié et leur confiance.
Nous avions également des représentants de notre Fédération : Georges Tron, notre président et Francis Jacquier, notre secrétaire général accompagné de son épouse. Nous recevions des invités venus des autres amicales du Sud-Est : Aubenas, Bourg-de-Péage, Marseille, ainsi qu’Alain Planet, notre président provincial. Bien d’autres amis étaient venus d’amicales maristes et non maristes.

M. le Maire de Bessèges était également présent au rendez-vous. L’amicale a sa place dans la vie municipale où elle a su s’intégrer.

Le samedi après-midi avaient lieu deux Assemblées Générales à l’école Sainte-Jeanne d’Arc : l’une ordinaire, l’autre extraordinaire. Cette année, à l’image de la Fédération, nous changeons nos statuts. L’amicale se veut plus ouverte à tous pour porter plus largement le témoignage évangélique.

Le compte rendu d’activités était présenté sous une forme audiovisuelle, particulièrement dynamique. C’est ainsi que la présence des anciens pouvait être notée par :

  • la participation des amicalistes aux nombreux mariages qui ont eu lieu cette année, sur le plan amical ;
  • la collaboration qui existe entre l’amicale et l’école Sainte-Jeanne d’Arc, sur le plan de l’Enseignement Catholique ;
  • l’animation religieuse, sur le plan paroissial ;
  • la participation aux manifestations culturelles locales, sur le plan communal ;
  • l’engagement dans des mouvements apolitiques qui refusent le sacrifice économique de la région, sur le plan social.

Cette soirée s’est terminée, faut-il le dire, par un repas pris à l’Ecole Sainte-Jeanne d’Arc qui, je vous prie de le croire, n’a pas été triste.

La journée du dimanche 24 débuta pas la messe de Confirmation et d’Assemblée Générale animée par les anciens élèves.

Après quelques conclusions tirées par les personnalités présentes, cette rencontre se termina par un apéritif au Centre Culturel et un repas dans un restaurant de la ville.

Cette Assemblée Générale, me semble-t-il, a bien mis en évidence le rôle que DOIT jouer l’amicale. Il faut collaborer avec notre Ecole, notre Paroisse, mais aussi avec toute la communauté que représentre notre Ville.

Pour témoigner de l’Evangile, quoi de mieux que le berceau de l’amicale ?

J.-M. E.

(Publié dans « Présence Mariste » n°141, octobre 1979)