La Parole, révélatrice du moi

PM 285 logo Bien maîtriser la parole permet de trouver une place dans notre société. La parole révèle certes une partie de nous-même mais d’autres facteurs interviennent. Gardons-nous de parler à tort et à travers comme le conseille la sagesse populaire. (Présence Mariste n°285, octobre 2015)

Dans un monde en perpétuel mouvement, submergé par un déferlement d’informations diverses, la communication est devenue une priorité. Bien la maîtriser permet de trouver une place dans notre société.
Quelle attention accordons-nous encore à la parole, et à son utilisation ? Qu’a-t-elle à nous révéler de notre “moi profond ? ? Écoutons un philosophe affirmer avec un brin d’humour "dis-moi comment tu parles et je te dirai qui tu es."
Marie Lu Mansier
Marie Lu Mansier

Parole, être et paraître

La parole serait-elle révélation involontaire de ce que nous sommes vraiment ? Il faudrait alors l’employer avec prudence et circonspection. Lorsque nous entendons parler, il est facile d’émettre des jugements et d’établir une classification parmi les discours. Ainsi, nous reconnaissons facilement “le narcissique ?, toutes ses phrases commencent par “moi, je ? … l’auto satisfait, celui qui a toujours raison, le violent, le séducteur, le prédicateur, le poète, etc. tous ceux que nous appelons “les beaux parleurs ?, et tous les autres.
Mais la parole et son usage obéissent aussi à des codes sociaux précis, qui nous modèlent au cours de notre vie ou s’exercent différemment selon les circonstances.

Au commencement était le Verbe

Les scientifiques longtemps intrigués par la manière dont la parole est venue aux hommes, et aux hommes seuls, n’ont pas encore trouvé de réponse satisfaisante expliquant ce phénomène unique et précieux.

Cro-Magnon parlait-il une langue articulée quand il dessinait sur les parois des grottes de Lascaux ou de Vallon Pont d’Arc ? Nous pouvons le supposer… D’où vient la parole ? Est-ce une adaptation des bruits de la nature ? Les mythes et les religions vont tenter d’apporter une réponse. "Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu." "C’est par la parole que Dieu a réalisé ses œuvres" affirme Ben Sirac… “Fiat lux ? et la lumière fut… Puis Dieu demande à Adam de nommer les êtres et les choses, lui déléguant ainsi un peu de ses pouvoirs… Dangerosité de la parole lorsqu’elle unit les hommes pour une œuvre de destruction, l’édification de la Tour de Babel en étant la tragique illustration. Pourtant, au temps de la Pentecôte, un des dons de l’Esprit-Saint est celui des langues, maîtrise des mots pour diffuser la Bonne Nouvelle aux quatre coins du monde, transformant ainsi de modestes pêcheurs en “porteurs d’Évangile ? révélant leur nature profonde.

Variations sur l’usage de la parole

L’être humain fait son entrée dans le monde par un cri. Le bébé exprime ses attentes, ses émotions par des gazouillis ou des sons que l’enfant va peu à peu maîtriser pour former des mots qui lui permettront d’identifier les êtres et les objets, miracle de l’apprentissage du langage au sein de la famille, la langue maternelle restant primordiale pour la constitution du “moi profond ?. Arrivera le temps des apprentissages structurés, apportés par l’école, rôle primordial des maîtres qui transmettent le savoir.

L’enfant, l’adolescent découvrent le vocabulaire, sa variété, sa spécificité, la grammaire, les règles, les niveaux de langue. Il va se les approprier pour constituer sa personnalité ou les rejeter pour s’inventer une parole personnelle, unique, qui exprime son ressenti ou celui du groupe auquel il souhaite d’identifier.

Mosaïque de la cathédrale de Monreale (Sicile) : « Au commencement était le Verbe … Fiat Lux »
Mosaïque de la cathédrale de Monreale (Sicile) : « Au commencement était le Verbe … Fiat Lux »

Quelle influence sur le “moi profond ?

"Deviens ce que tu es" affirme Nietzche et nous constatons souvent que les jeunes qui maîtrisent le mieux la parole sont ceux qui ont le plus de chance de réussir leur vie.

Mais la parole seule nous détermine-t-elle et révèle-t-elle à l’autre ce que nous sommes vraiment ? Ce serait être bien réducteur et nous ne serions alors qu’apparence, déchiffrables à travers notre discours.

La parole révèle certes une partie de nous-même mais d’autres facteurs interviennent : l’action mise en œuvre de la parole, nos gestes, nos talents artistiques ou techniques qui complètent notre personnalité.

Nos silences aussi. Savoir écouter l’autre, entendre à travers ses mots ce qu’il veut nous transmettre. "La parole est d’argent, le silence est d’or !"

Pendant une longue période de notre histoire, c’est par la parole que les connaissances et les rêves se sont transmis de génération en génération et se transmettent encore à travers les langues régionales, les souvenirs des anciens, derniers vestiges fragiles et précieux des civilisations orales… Sachons les préserver.

Si la parole est éphémère, viendra ensuite la formidable aventure de l’écriture qui a permis à la pensée de traverser le temps et l’espace. "L’écriture, c’est la peinture de la voix" disait Voltaire… " Les paroles s’envolent, les écrits restent", pérennité de la parole devenue écrit.

Les mots, les paroles ont un pouvoir ainsi que la manière dont nous les utilisons. Ils peuvent être source de paix ou de malentendus. Gardons-nous de parler à tort et à travers comme le conseille la sagesse populaire. Notre accent nous renvoie à notre pays ou région d’origine, notre vocabulaire détermine parfois notre classe sociale ou ce que nous sommes.

Des lais de Marie de France aux rappeurs et slameurs d’aujourd’hui, les mots employés ne sont pas les mêmes, ni les personnalités, mais les sentiments, la délicatesse de l’amour s’expriment avec la même intensité.

Alors prenons garde aux mots que nous employons, comment nous les employons. Sachons écouter les mots des autres, ils nous apprendront peut-être à mieux nous connaître et mieux nous comprendre. Il suffit parfois d’une parole pour apaiser, rassurer. Sachons toujours dire cette parole de paix et d’amour.

Marie-Lu Mansier
(Publié dans « Présence Mariste » n°285, octobre 2015)